1ère soirée en club #1

On se retrouve tous les deux quelques jours chez nous, sans enfant. J’ai volontairement allégé le planning en pensant offrir de la tranquillité à ma moitié. Je suis étonnée lorsqu’il m’avoue : “c’est dommage, on est tout seul pour une fois et on a rien de prévu”.

Nous avons une semaine bien chargée et nous n’osons pas planifier de rencontres et s’engager sur nos disponibilités.

Je lui propose alors d’aller tester un club libertin. Le Mask, que l’on s’est fait recommander, est ouvert de 14h à 5h du matin. On peut même combiner un début de soirée libertine avec un coucher tôt. Ca, ce sont de vrais arguments !

On se décide dans l’idée d’y aller “pour voir” et puis “on verra”. S’il y a quelques années nous ne nous serions pas sentis à notre place et que nous aurions eu l’impression de faire les voyeurs si nous ne participions pas un minimum, aujourd’hui, on se sent légitime à venir découvrir sans obligation. Le chemin a été long mais il a été bien dégagé comme il le faut.

Le jour J, je me rends au travail avec une robe longue et assez large et une robe beaucoup plus courte et plus étroite dans mon sac à dos. J’ai prévu d’enfiler la petite sous la grande avant de quitter mon lieu de travail.

Vers 18h30, je m’enferme dans les toilettes et me change. Je sors avec ma “double robe”, ni vue, ni connue. 

Je rejoins mon conjoint (appelons-le E) à grande enjambée. Cette robe que j’ai depuis longtemps mais que je n’ai jamais utilisée (voir quel chemin pour s’aventurer au libertinage #2 ) remonte au fur et à mesure que j’avance. Elle se retrouve même au-dessus de mes fesses. Je n’essaie plus de la faire redescendre. Pour le moment, elle est bien cachée sous ma longue robe.

Je retrouve E sur les Grands Boulevards. Il est venu en costume, cela me surprend. Il m’explique qu’au moins, il n’a pas eu de questions à se poser, que cela faisait comme s’il sortait simplement du travail. Oui, personne ne devrait savoir qu’il a en réalité télétravaillé aujourd’hui…

Nous sommes contents de nous retrouver et de passer cette soirée tous les deux, avec un peu d’aventure, de nouveauté, de découverte.

On se dirige vers le club. Je me laisse diriger. Je n’ai pas le sens de l’orientation et je sais que lui a dû repérer les lieux. 

On trouve une porte sombre, discrète. Bien trop discrète pour que l’on puisse penser que nous ne sommes pas au bon endroit.  Il est tôt, 19h passés. On sonne, on se fait ouvrir par un petit monsieur original, vêtu d’un gilet satiné de serveur modèle. Il nous parle assez familièrement “hey chica ! tu as besoin de te changer ?”. Je m’installe dans une petite pièce et me change rapidement. Robe noire, épaules dénudées, décolleté en transparence, un peu courte, surtout quand elle remonte…

Le serveur prend le temps de nous faire visiter. C’est quasiment vide. Un bar bien éclairé dans l’entrée, une salle avec des banquettes et tables pour s’installer avec sa boisson ou plus si affinités. Une salle de bain assez étonnante comportant une pissotière avec vue relativement dégagée, une douche ouverte et des tapis de bain “comme à la maison”, des serviettes à disposition dans le tiroir sous la double vasque.

Ensuite, au sous-sol, une mini piste de danse et une salle fermée dont il est à priori possible de demander la clé pour des rendez-vous plus intimistes.

On remonte, on se prend un verre de whisky, on retourne dans la salle avec les banquettes et tables. Là, on entrevoit quatre personnes en train de baiser, un couple commençant à se tripoter et un homme qui se fait branler par une femme et doit être au bord de l’orgasme au vue des forts gémissements qu’il produit. Je dois me retenir fermement de rire. Ce son de mec qui jouit comme ça, au milieu d’un bar, a pour moi un côté bien plus hilarant qu’excitant. Mais putain, qu’est-ce que c’est bon de rire ou d’avoir envie de rire fort comme une ado. Et puis cela me surprend, mes rares amants ne font pas autant de bruit, ou pas aussi longtemps.

On s’installe pour siroter notre whisky. Chaque table est séparée par une sorte de muret entrouvert. Le terrain est délimité mais il est perméable. 

On fait quoi maintenant ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s