Quel chemin pour s’aventurer au libertinage ? #2

La discussion sur l’échangisme ? Je ne sais plus quand elle arrive. Elle est très progressive. On se questionne sur nos envies naturellement et régulièrement depuis longtemps.

Sur Wyylde, on me demande souvent ce que l’on recherche. C’est toujours un peu étrange pour moi car très spécifique. Je recherche de la nouveauté, des rencontres, je me laisse porter. J’aurais pensé que « s’essayer au libertinage » était suffisant en soi.

Mais puisqu’il en est ainsi, et que cela semble questionner, je vais m’attacher à décortiquer et reprendre ce qui a bien pu se passer dans nos p’tites têtes.

Cela commence par le (classique ?) fantasme de Monsieur de se retrouver entouré de deux femmes. 

De mon côté, j’ai le même fantasme qui se construit symétriquement : avoir deux hommes pour moi. Ma moitié n’est au départ pas très enchantée par cette idée. Je la mets de côté.

On se dit que concrètement, un couple avec le même état d’esprit que nous serait plus naturel. Cela nous semble incongru de trouver un ou une célibataire  motivé/e pour se retrouver au milieu d’un couple. Quel genre de personnes recherche cela (on changera d’avis) ? Où cela se trouve-t-il ?

Et puis un jour, ma moitié se réveille, au sens propre du terme, en me disant qu’il a fait un rêve érotique très excitant où il me prenait en levrette pendant que je suçais un autre homme.

À partir de là, l’idée grandit en parallèle de celle de rencontrer un couple.

Au départ, c’est un fantasme et de mon côté, je ne crois pas au fait que nous passerons à l’acte.

Un jour, mon conjoint nous inscrit sur un site de rencontres. Je n’y crois pas plus. 2-3 soirées à regarder quelques profils et on quitte ce site.

Puis quelques années plus tard, l’idée perce la bulle de l’imaginaire pour s’inviter dans ma garde-robe. Je commande plusieurs robes sexys pour en sélectionner une qui me permettra d’aller en club libertin le jour venu. J’achète également des escarpins rouges. En retraçant aujourd’hui ce cheminement, je suis allée retrouver la date d’achat de cette robe dans mes archives de commandes. Elle correspond à un mois près à la date où je suis tombée enceinte. Cela me trouble. L’enchainement des événements était resté approximatif jusque-là. Je vois alors trois ingrédients qui ont contribué à passer progressivement à l’acte : une libido reboostée par une sexualité plus active, une urgence de profiter de notre liberté avant d’avoir un enfant, le besoin de se concentrer sur d’autres envies que celle de tomber enceinte.

Une fois cette robe achetée, nous ne franchirons pas le cap d’aller en club. L’appréhension et le manque de disponibilités nous feront rester “sages” quatre années supplémentaires.

Oui, quatre années qui n’ont pas laissé de place à ce type d’excentricités: une grossesse, un bébé, de la fatigue, des confinements.

Cette idée attendra “la jolie opportunité” pour refaire surface une fois de plus, avec des ingrédients similaires à la première fois : une libido éveillée, une urgence à profiter des quelques leviers de liberté du moment (crise sanitaire) et le besoin de lien social !

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s